Home

3 February 2020

A / An inter-professional, enduring movement

The social movement underway in France since 5 December 2019 is the longest movement of its kind since May 1968. In length, it has now gone beyond the point of reference that is the December 1995 strike against the project for the reform of Social Security and pensions under Jacques Chirac. Several sectors are especially engaged: transport workers (SNCF railways, Paris transport system, etc.) are committed to a long, renewable strike; others, including teachers and workers in cultural fields, tend to mobilise for national inter-professional demonstrations: 5 and 12 December, 9, 11 and 25 January. Other sectors are also active: refineries, energy distribution, lawyers, hospitals, etc. Although  the renewable strike in the transport sector is subsiding (after more than 40 days!) and workers are joining other forms of mobilisation, nonetheless, this movement has deeply and irreversibly marked French society, for several reasons:

  • In the working class base, this movement is partially an extension of the “yellow vest” movement. The significant number of participants in medium-sized cities, even those that no longer have organised labour movement, is proof of this;
  • It has joined up with other chronic movements of strikes and mobilisation by sector, for example in education (already mobilised against the reform of university admissions and against the reform of the lyceé), in the field of health (in particular in hospital emergency care, hard hit by years of austerity policies), in the justice system (lawyers).
  • This movement enjoys massive support among the people (around 60% favourable opinion), despite the overwhelming media campaign targeting the “privileges” of certain workers and active trade unions, especially the CGT.

B / Macron’s project for totally dismantling the French social model

Today’s movement focuses on Emmanuel Macron’s proposed “reform” of the pension system. It is not only about extending the number of years of contribution and pushing back retirement age, which was the subject of previous liberal reforms I(2003, 2010, 2014). The 2010 reform pushed legal retirement age from 60 to 62 and the measure has been in effect since 2017. Macron’s plan goes much further:

  • It proposes the elimination of the régimes spéciaux, that is special measures that concern certain professions (railway workers, military personnel, sailors, etc.). This allows the government to present its reform as “fair” and “equitable”. The government is engaged in bargaining with different sectors while making concessions to a select few, including the police.
  • It changes the method of calculating pensions: they would be based on the full career and not only the most recent years as is currently the case. This would lead to a general lowering of pensions.
  • Above all, it introduces a system of retirement by points. This would be the end of the pay-as-you-go system based on inter-generation solidarity, which was established in France after the Liberation in 1945, with the creation of Social Security by the Communist minister Ambroise Croizat. The reform introduces the notion of “pivot age”: if a person retires before this age, her pension would be subject to a penalty (malus), and if she retires after that age she would supposedly benefit from an advantage (bonus).
  • The value of the retirement point and the pivot age are not designated by the law but would evolve through negotiations between labour and management and in function of life expectancy. But these negotiations must remain in the framework set by the law, which states that the total amount of pension payments may not exceed 14% of GDP, even if the number of retirees increases, leading to an automatic decrease in pensions.

C / A major historical battle

This reform is part of Macron’s strategic objective to destroy what is left of the working class gains won through the social struggles of the 20th Century and to force the country to submit to the standards of capitalist globalisation. Private pension funds naturally support this reform, and are even among its biggest supporters, as is the case with the American fund Black Rock. An article in the draft law very explicitly encourages private insurance companies to work to “increase their attractiveness”.  This same liberal logic is found in the “recommendations” made by the EU Commission to France and in OECD recommendations.

The method used is also very revealing as to macronism itself. This political schema refuses all consultation or negotiations with trade unions, even those with a conciliatory stance, such as the CFDT, which is not opposed to the point system. The government has tried to lure these organisations into a fool’s bargain by announcing on 11 January that the pivot age was “provisionally” withdrawn from the transitional measure to be applied between 2022 and 2027, but would be maintained post-2027 period, which is the heart of the reform.

We are now experiencing a new high point in the long wave of rejection of the politics of our government and our governing class. The French people have not abandoned their defence of the social model that was built after the Liberation in 1944/1945. The people are confronting the forces in power – a minority of society and firmly rooted in the right – that seek to beat them down. What is as stake, beyond the battle for retirement, is French social democracy.

D/ The importance and complexity of the political outcome, PCF initiatives

The movement is entering into a new phase with the first legislative procedure, which the government wishes to speed up as much as possible. The draft law was presented to the Council of Ministers on 24 January and will be debated at the National Assembly in February and in the Senate in March.

The decisive question is now the political opening for the left to reinforce the dynamics of the struggles underway. The French left (representing electorally 30% of the population during general and presidential elections in 2017 as well as European elections in 2019) is split and there are many disagreements dividing it. It has been damaged by the breakdown of global perspective due to the disastrous, destructive administration of François Hollande between 2012 and 2017. The question of the political opening is thus complex. The stakes, however, are crucial, because unless there is a political opening and outcome, the social movement could very well lead, by reaction, to reactionary repression, and even set off a events that could carry the far right into power in 2022 presidential elections. It is no surprise that Marine Le Pen has chosen this moment to declare her candidacy .

In addition, Macron is suffering from a very significant loss of legitimacy. He forced his way into power in 2017, backed by State technocracy organically tied to the world of finance, which chose to blow up traditional political tools and the alternation of parties (right / social democracy) and take up the levers of political power to wage a campaign of destruction on the French social state, on the one hand, and to seek to resolve the extended crisis of hegemony bogging down the French bourgeoisie since the referendum on the Maastricht Treaty in 1992 on the other. It is now clear that this extended crisis of hegemony has reached a new phase that includes the accelerated discrediting of macronism and the government.

Rebuilding a political perspective with the purpose of creating a majority on the left is therefore absolutely crucial and urgent in this context. The French Communist Party holds a decisive role in achieving the goal of creating a political opening that is connected to the current social movement by developing several actions: the reinforcement of relations with all trade unions that are engaged in one way or another in the movement, initiatives to bring the left back into the public debate,  bringing the left together through broad political projects in parliament, making proposals to all on the left, from the far left and la France Insoumise to social democrats.

The PCF has called a public meeting for 11 December, inviting the main representatives of the different parties of the left, from la France Insoumise to the Socialist Party, including the Greens and other smaller organisations. This is the first initiative of its kind, on a national level, for quite some time.

A petition has been launched (https://lapetitionretraite.fr/) to demand the complete withdrawal of the reform.

The question of a concrete alternative is raised: Communist MPs will introduce a bill for a different pension reform, based on the increase of revenues, social justice through salary increases and equal pay for women, taxing financial revenues which have grown ever more outrageous, a new development model and even the creation of wealth through responsive measures to tackle social and environmental emergencies.

On 22 January, a dozen organisations of the left published the “Joint Platform of the Left and the Environmentalists”, bringing together a dozen organisations (not including la France Insoumise). This document, while it does not mask the remaining debates, puts forward six pillars for new rights and six proposals for new financing. The text is lacking in many ways but it does show, for the first time since 2017 and Macon’s arrival, that the left has taken a step towards pulling out of the paralysis that has trapped us. There is a lot of work still to be done, but the base has been set in place. La France Insoumise has decided that it will not be associated with this search for a political opening on the left.

Communist MPs have taken the lead by planning to introduce a motion in the National Assembly on Monday 17 February calling for a referendum[1]; our demand is that the people, through a referendum, should decide on Macron’s plan, while we continue to press on with our objections to the content of the government reform and to offer our opposing vision of society, in phase with the current mobilisation, and make  proposals for a different reform that reinforces the system of solidarity for pensions, a truly fair and universal system. We are engaged in a long-term fight that associates vital questions of society and democracy, and on 10 February we are launching a campaign to provide activists throughout the country with materiels to organise meetings and debates.

France is experiencing a long-term political and social crisis that will have numerous repercussions on our chosen struggles and on elections. The first electoral test will be the municipal elections held on 15 and 22 March. These elections are especially important for three reasons, for the country and for the PCF: French communes play a fundamental role in political construction; the results will determine the balance of political powers for the second half of Emmanuel Macron’s term; the PCF now holds 400 communes, including two of over 100,000 inhabitants (Saint-Denis and Montreuil in the Paris suburbs). The configurations are very diverse in the different cities (lists including parties of the left, lists of partial unity, etc.) but the PCF is committed to unity for municipal projects.

 

[1]                    [1] Motion requesting that the President of the Republic organise a referendum. The referendum is the prerogative of the President of the Republic, who decides on its organisation as proposed by the Prime Minister or one of the two houses of parliament (National Assembly and Senate).


 

 Information du PCF sur le mouvement social en France

3 février 2020

 

A / Un mouvement national interprofessionnel massif et durable

Le mouvement social en cours en France depuis le 5 décembre 2019 est le plus long depuis Mai 68. Il a dépassé en durée le mouvement social de référence en France, qui est celui de décembre 1995 contre le projet de réforme de la sécurité sociale et des retraites de Jacques Chirac. Plusieurs secteurs sont particulièrement mobilisés : les transports (SNCF, transports parisiens…) se sont engagés dans une grève reconductible longue, d’autres secteurs comme l’enseignement, la culture se mobilisent davantage lors des jours de manifestations nationales interprofessionnelles : 5 et 12 décembre, 9, 11 et 25 janvier. Sont également concernés : les raffineries, la distribution d’énergie, les avocats, les hôpitaux… Si le mouvement de grève reconductible dans les transports s’affaiblit (après plus de 40 jours !) et cherche désormais les voies d’autres formes de mobilisation, il n’en demeure pas moins que ce mouvement marque profondément et durablement la société française, pour plusieurs raisons :

  • Il vient, dans ses bases populaires, prolonger en partie le mouvement des gilets jaunes. La participation importante aux manifestations dans les villes moyennes, même celles qui n’ont plus réellement d’implantation ouvrière organisée, en est la preuve ;
  • Il se coagule avec d’autres mouvements chroniques de grèves et de mobilisation sectorielles, par exemple dans l’éducation (déjà mobilisée contre la réforme instaurant une sélection à l’entrée dans l’université et contre la réforme du lycée), dans la santé (notamment dans les secteurs des urgences des hôpitaux, qui sont sinistrés après des années de politiques d’austérité), dans le secteur de la justice (les avocats).
  • Ce mouvement reste massivement soutenu par la population (aux alentours de 60%), en dépit d’une campagne médiatique hallucinante contre les « privilégiés » et contre les syndicats engagés dans la lutte, en particulier contre la CGT.

B / Le projet macroniste de démantèlement total du modèle social français

Ce mouvement porte sur le projet d’Emmanuel Macron de « réformer » le système de retraites. Il ne s’agit pas uniquement de prolonger la durée de cotisation et de retarder l’âge de départ, qui est l’objet des réformes libérales précédentes 2003, 2010, 2014). La réforme de 2010 a repoussé l’âge légal de départ de 60 à 62 ans : cette mesure est effective depuis 2017. Le projet de Macron va beaucoup plus loin :

  • Non seulement il supprime les « régimes spéciaux », c’est-à-dire les dispositions particulières pour un certain nombre de professions, par exemple pour les cheminots, les militaires, les marins…). MAIS .. Cela permet au gouvernement de présenter sa réforme comme « juste » et « équitable ». Le gouvernement s’est lancé dans un marchandage catégoriel pour en ménager quelques-uns, tel que celui des policiers.
  • Il change la méthode de calcul des pensions : c’est l’ensemble de la carrière qui est prise en compte, et non plus seulement les dernières années. Cela induit une baisse générale des pensions.
  • Surtout il introduit un système de retraites par points. C’est mettre à bas le système de retraite par répartition, donc par solidarité entre générations, mis en place en France après la Libération, en 1945, avec la création de la sécurité sociale par le ministre communiste Ambroise Croizat. Cette réforme introduit la notion « d’âge pivot », c’est-à-dire un âge avant lequel le départ en retraite engendrerait un malus pour la pension et après lequel il serait censé apporter un bonus.
  • La valeur du point et l’âge pivot sont sortis du cadre de la loi mais évolueront en fonction d’une négociation entre partenaires sociaux (patronat et syndicats) et en fonction de l’espérance de vie. Mais ces négociations devront rester dans le cadre financier fixé par la loi, qui fixe que le total des dépenses engagées par les retraites ne devront pas excéder 14% du PIB, même si le nombre de retraité.e.s augmente, ce qui entraîne automatiquement une baisse des pensions.

C/ Une bataille historique majeure

Cette réforme s’inscrit dans l’objectif stratégique de Macron qui est de détruire ce qui reste des conquêtes ouvrières issues des luttes sociales du XXe siècle et de mettre le pays aux normes de la mondialisation capitaliste. Les fonds de pension soutiennent bien évidement la réforme, voire figurent parmi ses promoteurs, comme le fonds américain Black Rock. Un article du projet de loi encourage même très explicitement les assurances privées à « se mobiliser » pour « renforcer [leur] attractivité ». Ces logiques libérales se retrouvent dans les « préconisations » de la Commission européenne à la France et dans celles de l’OCDE.

La méthode employée est également très révélatrice de ce qu’est le macronisme. Il refuse toute concertation ou négociation avec les syndicats, même les organisations avec lesquelles il aurait pu trouver une certaine plage d’accord, comme la CFDT, qui n’est pas opposée à un système par points. Le gouvernement s’est cependant prêté envers ces organisations à un jeu de dupes en annonçant le 11 janvier le retrait « provisoire » de l’âge pivot pour ce qui concerne des dispositions transitoires qui s’appliqueront entre 2022 et 2027 mais en le maintenant pour la période après 2027, qui constitue le cœur de la réforme.

Nous sommes en présence d’un nouveau temps fort d’une onde longue de rejet de la politique des gouvernants et de la classe dirigeante. Le peuple français n’a pas renoncé à défendre le modèle social tel qu’il s’est construit à la Libération en 1944/1945. Face à lui, un pouvoir, minoritaire dans la société et dont la base sociale est celle de la droite, qui veut l’abattre. L’enjeu de la lutte, au-delà de la bataille sur les retraites, est la démocratie sociale française.

D/ L’importance et la complexité du débouché politique, les initiatives du PCF

Le mouvement est en train d’entrer dans une nouvelle phase, avec le début de la procédure législative, que le gouvernement souhaite accélérer au maximum. Le projet de loi est présenté au conseil des ministres le 24 janvier et sera débattu à l’assemblée nationale en février et au Sénat en mars.

La question déterminante désormais est celle du débouché politique à gauche, pour renforcer la dynamique des combats en cours. La gauche française (qui représente électoralement 30% de la population lors des élections présidentielle et législatives de 2017 puis des élections européennes de 2019) est atomisée et les désaccords en son sein sont nombreux. Elle reste marquée par la panne de perspective globale due au bilan désastreux et destructeur de François Hollande au pouvoir entre 2012 et 2017. La question d’un débouché politique est donc complexe. L’enjeu est cependant d’une importance cruciale, car, faute de débouché politique, le mouvement social peut très bien entraîner, par réaction, une répression réactionnaire, voire enclencher une dynamique qui porterait l’extrême-droite au pouvoir en 2022 lors de la prochaine élection présidentielle. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si Marine Le Pen a choisi cette période pour déclarer sa candidature à cette élection.

De plus, le pouvoir de Macron connaît une perte de légitimité très importante. Il est arrivé au pouvoir suite à un coup de force, en 2017, de la technocratie d’Etat organiquement liée au monde de la finance qui a fait le choix de dynamiter ses outils politiques traditionnels et les partis d’alternance (droite/social-démocratie) pour prendre en mains les leviers du pouvoir politique et mener un projet de destruction de l’Etat social français d’une part et chercher à résoudre la crise d’hégémonie prolongée dans laquelle se trouve la bourgeoisie française depuis le référendum sur le traité de Maastricht de 1992 d’autre part. Il est désormais clair que cette crise d’hégémonie prolongée trouve maintenant un nouveau développement, à travers la démonétisation accélérée du macronisme et du gouvernement.

La reconstruction d’une perspective politique à vocation majoritaire à gauche est donc absolument cruciale et urgente dans ce contexte. Le PCF prend une part déterminante dans l’ambition de construire un débouché politique connecté au mouvement social en développant plusieurs actions : le renforcement des relations avec tous les syndicats engagés d’une manière ou d’une autre dans le mouvement et en prenant plusieurs initiatives pour réinscrire la gauche dans le débat public, et pour la rassembler, dans des initiatives politiques larges et au Parlement, en faisant des propositions à toute la gauche, de l’extrême-gauche et de la France Insoumise à la social-démocratie.

Le PCF a pris l’initiative de réunir, le 11 décembre, dans une réunion publique, les principaux représentants des courants politiques de la gauche, de la France Insoumise au Parti socialiste, en passant par les écologistes et d’autres plus petites organisations. C’était la première initiative de ce type, à un niveau national, depuis longtemps.

Une pétition a été lancée (https://lapetitionretraite.fr/) pour demander le retrait total de la réforme.

La question de l’alternative concrète est posée : les députés communistes vont déposer une proposition de loi pour une autre réforme des retraites, fondé sur l’augmentation des recettes, la justice sociale par l’augmentation des salaires et l’égalité entre femmes et hommes, la mise à contribution de revenus financiers chaque année plus faramineux, un autre modèle de développement à même de créer des richesses tout en répondant aux urgences sociale et écologique.

Le 22 janvier, une douzaine de formations de gauche publient « Plate-forme commune des forces de gauche et écologistes », regroupant une douzaine de formations (sans la France Insoumise). Ce document, sans dissimuler les débats subsistant, met en avant six piliers pour de nouveaux droits et six pistes de financement nouvelles. Ce texte a de nombreuses insuffisances mais il montre, pour la première fois depuis 2017 et l’arrivée de Macron au pouvoir, qu’un pas a été franchi pour essayer de sortir la gauche de la paralysie dans laquelle elle se trouve. Il reste un travail considérable à mener mais il s’agit d’une première base. La France Insoumise a décidé de ne pas s’associer à cette recherche de débouché politique à gauche.

Les députés PCF ont pris l’initiative de déposer lundi 17 février une motion référendaire[1] à l’Assemblée nationale ; nous portons l’exigence que le peuple, par référendum, décide du sort du projet Macron et tout en continuant de porter le fer sur le contenu de la réforme gouvernementale et d’y opposer une autre vision de la société, en phase avec la mobilisation actuelle, avec nos propositions pour une autre réforme qui renforce un système de retraites solidaire, juste et universel. Nous nous engageons dans une bataille de longue durée qui allie enjeux sociaux et démocratiques, et lançons une campagne le 10 février avec du matériel militant pour l’animer dans tout le pays.

La France entre une crise politique et sociale de longue durée qui va connaître de multiples rebondissements sur le terrain des luttes et sur le terrain électoral. La première échéance électorale sera les élections municipales, qui se tiennent le 15 et le 22 mars. Ces élections seront particulièrement importantes pour trois raisons, pour le pays et pour le PCF : parce que les communes jouent un rôle fondamental dans la construction politique française, parce que le scrutin fixera les rapports de forces politiques pour la seconde partie du quinquennat d’Emmanuel Macron, parce que le PCF dirige aujourd’hui 400 communes, dont deux de plus 100000 habitants (Saint-Denis et Montreuil dans la banlieue parisienne). Les configurations seront très diverses dans les différentes villes (liste de toute la gauche, liste de rassemblement partiel…) mais le PCF a engagé partout une démarche de rassemblement sur des projets municipaux.

 

[1]                    [1] Motion demandant au président de la République l’organisation d’un référendum. Le référendum est une prérogative du président de la République, qui décide de son organisation sur proposition du premier ministre ou des deux chambres du Parlement (Assemblée nationale et Sénat).

One thought on “PCF: Notes on the social movement in France

  1. The paragraph beginning “The PCF has called a public meeting…” in section D makes more sense with this translation: “The PCF took the initiative of bringing together, on December 11, in a public meeting…..”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.